La Russie a caché pendant plus de 25 ans cette catastrophe nucléaire 4 fois pire que Tchernobyl !


La guerre froide est connue pour avoir été la période de la course à l’armement nucléaire. La surenchère entre les Américains et les Soviétiques était telle, que personne ne savait jusqu’où cette folie pouvait aller.

Mais certaines révélations récentes vont relancer ce sujet qui est encore aujourd’hui très délicat sur le plan international. Et il s’avère qu’apparemment, on ne savait pas tout sur ces essais destructeurs.

Une catastrophe pire que celle de Tchernobyl

Les essais nucléaires de la base de Semipalatinsk ont été révélés peu à peu lors de la seconde moitié du 20e siècle. En effet, l’URSS menait d’une main de fer leur campagne de dissuasion dans cette région reculée du Kazakhstan. La plupart de leurs expériences se déroulaient dans les sous-sols de la base, mais certains eurent aussi lieu sur la terre ferme entre 1949 et 1989.

Durant cette période, 456 explosions de bombes atomiques à uranium et à hydrogène vont être officialisées, certaines faisant des dégâts considérables. Car à cause des radiations provoquées par ces tests depuis lors, plus de 1,5 million de personnes auraient développé des problèmes de santé, soit 1 personne sur 10 au Kazakhstan.

La situation devait rester secrète

À l’époque, les Soviétiques étaient déjà au courant des effets très destructeurs de ces lancements, mais ils ont préféré tenir ces informations secrètes, au niveau local, comme au niveau international. Et c’est précisément parce que les populations n’ont pas été averties qu’il y aurait autant de victimes.

Au final, les experts estiment l’impact de ses essais nucléaires à 3 voir 4 fois plus dévastateur que la catastrophe de Tchernobyl. Les malformations génétiques, les cancers et autres complications de santé liées à ces projets radioactifs étaient en tout point similaires avec le désastre Ukrainien de 1986, mais en pire.

Cela fait plus de 25 ans que les activités nucléaires ont cessé sur le site, pourtant aujourd’hui, la radioactivité varie entre 10 000 et 20 000 microröntgens par heure,  ce qui représente le double de l’activité autour du site de Tchernobyl en 1996.

Source : Metro UK

Partagez cet article afin de sensibiliser vos contacts sur les méfaits du nucléaire !

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook


A LIRE AUSSI: