9 châtiments très étranges qui sont encore méconnus du grand public

Franchement, ils avaient des idées bizarres à l’époque


Les époques d’antan avaient aussi leur lot de voleurs, assassins et criminels. Ils étaient évidemment punis mais on est bien loin des peines de prison que l’on connait aujourd’hui.

Tout le monde connait la guillotine ou encore la chaise électrique mais il existe des châtiments encore plus louches etencore méconnus du grand public.

1 – La cloche à ivrogne

Toutes les tortures n’avaient pas pour but de tuer. Certaines étaient plus embarrassantes pour les victimes afin de les dissuader de recommencer. Et donc la cloche à ivrogne, utilisée entre le 16e et 17e siècle, consistait à insérer l’alcoolique dans une barrique. Harnaché, l’ivrogne déambulait ainsi dans la rue pour le sensibiliser aux dangers de l’alcool.

2-  Le dauphin de Risso

Il date de l’époque napoléonienne. On liait les mains du criminel au-dessus de sa tête. On y versait ensuite de l’eau gelée dans les manches de son vêtement. L’appellation vient du fait que le malheureux gémissait comme le bruit que fait cette espèce de dauphin particulière.

3– La cangue

Il vient de Chine et ce châtiment était utilisé au 17e siècle. Habillé d’un panneau de bois autour du cou, le prisonnier devait demander aux passants de l’aide pour s’alimenter. Cela ressemble un peu au pilori, dans une certaine mesure.

4  – Le Welsh not

Appliqué comme vous vous en doutez au Pays de Galles, le Welsh not était un système pour dissuader les enfants de parler le gallois. Si un enfant venait à parler sa langue maternelle, on lui mettait ce bloc de bois autour du cou. Et si un de ses camarades de classe parlait le gallois, il pouvait le lui donner. À la fin de la journée, celui qui en avait hérité en dernier se faisait rouer de coups.

D’autres châtiments en page 2 !

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook