Cette jeune femme de 23 ans a déjà parcouru plus de 12 000 km pendant plus de 8 mois avec seulement 320 euros en poche !



Tout ne s’obtient pas forcément avec de l’argent. Et pourtant, nombreux sont ceux qui pensent qu’il faut toujours en avoir assez pour pouvoir voyager et parcourir le monde. Il est tout à fait possible de partir avec seulement 320 euros en poche, comme ce qui est justement le cas de Sarah Gysler !

« J’avais vingt ans quand j’ai décidé de tout plaquer pour changer de vie. J’ai quitté mon travail, mon appartement, mes repères… Je suis devenue nomade ».

C’est avant tout ce qu’on peut lire sur le blog de cette jeune femme de 23 ans qui a déjà parcouru plus de 12 000 km entre trois continents avec sa peluche Mimou. Après l’Europe, les Philippines et l’Amérique latine, elle compte actuellement la Nouvelle-Zélande comme prochaine destination !

Mais comment a-t-elle fait ?

Telle est sûrement la question qui vous vient en tête ! « Changer de vie sur un coup de tête, ça fait une belle histoire à raconter, mais ça ne paye pas les voyages », souligne-t-elle sur son blog humblement nommé « L’aventurière fauchée ». Et elle a finalement trouvé LA solution pour réaliser son rêve de voyage malgré le peu de moyens financiers qu’elle avait.

Son secret ? Rencontrer directement les locaux et éviter les guides touristiques. « Ils nous disent où regarder et nous conduisent tous soi-disant hors des sentiers battus. Mais je préfère faire confiance aux locaux », explique-t-elle au quotidien Le Figaro. Sortir de sa zone de confort, faire de l’auto-stop, cumuler les petits métiers, « récupérer la nourriture prête à être jetée sur les marchés et même apprendre à pêcher », et dormir chez l’habitant en échange de services divers !

Ainsi, quand elle a quitté sa Suisse natale pour rejoindre Gibraltar il y a de cela huit mois, elle a réussi à embarquer sur le bateau d’une famille australienne pour traverser l’Atlantique et découvrir les Antilles. En échange, elle offrait des cours à la jeune fille du couple et participait aux tâches ménagères à bord du voilier !

Pas de smartphone, ni de compte Instagram.

Mais détrompez-vous ! Si Sarah Gysler est une aventurière à part entière, elle n’est pas du genre à vouloir influencer et récolter des « j’aime » à travers ses voyages. Pour rester en contact avec sa famille et partager ses expériences, elle ne communique qu’à travers une page Facebook.  

D’ailleurs, elle n’écrit que lorsque lui vient l’envie d’écrire et ne partage ses anecdotes et ses conseils que lorsque le temps et les moyens lui permettent, c’est-à-dire à son rythme. « Est-ce que je ne pourrais pas plutôt m’offrir le luxe de la lenteur, de l’inconnu et de la surprise » explique la jeune femme. « Il faut parfois du temps pour voir de quelle manière des expériences nous ont touchées », précise celle qui a décidé de partir dans l’inconnu pour vivre au jour le jour.

Elle a tout simplement fait « le choix du non-itinéraire » et de profiter de son voyage et de ses étapes comme bon lui semble !

Avec des projets plein la tête, Sarah Gysler continue de profiter à fond de ce mode de vie qu’elle a choisi et qui la passionne. Bien sûr, elle désire un jour, peut-être, transmettre sa passion, témoigner et partager son expérience. « J’aimerais que mon parcours et mon témoignage puissent motiver, inspirer, ou du moins conforter, d’autres gens », note-t-elle, mais pas pour le moment…

Elle veut d’abord apprendre d’autres langues et d’autres cultures, parcourir l’Amérique latine avant de traverser le vaste océan Pacifique afin de découvrir la Nouvelle-Zélande pour un trek de six mois… sans un sou en poche !

Si vous aussi, vous trouvez cette aventurière low cost très inspirante et audacieuse, n’oubliez pas de partager son histoire au maximum !

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook


A LIRE AUSSI: