Elle passe une nuit torride avec un parfait inconnu. Mais quelques mois plus tard, sa vie va prendre un autre virage inattendu !



La vie nous réserve souvent bien des surprises, parfois agréables, parfois non… Dans le cas d’Emma Crofts-Wilson, les choses étaient bien plus compliquées !

Un soir, en février 2016, cette jeune Néo-Zélandaise de 19 ans a souffert de terribles maux de ventre et de dos. Pour soulager la douleur, elle prend des analgésiques et retourne se coucher. Mais le lendemain, les douleurs persistent et s’amplifient.

Malgré tout, la jeune femme essaye de ne pas trop s’inquiéter pour mener à bien sa journée.

Ce jour-là, Emma était seule à la maison, plus précisément dans la cuisine quand elle s’est sentie très bizarre. L’adolescente a soudainement une envie pressante de pousser quelque chose… Mais quoi exactement ? Les douleurs s’amplifiaient et elle sentait que quelque chose bougeait entre ses jambes.

En se baissant, elle découvre entre ses jambes une image qu’elle n’oubliera jamais : une tête !

« Je ne comprenais pas ce qui était en train de se passer. J’ai juste ressenti une douleur vive et quand j’ai regardé, j’ai vu la tête d’un bébé. Cela m’a fait un choc ! La minute d’après, je le tenais dans les bras », raconte la jeune femme.

Emma ne savait même pas qu’elle attendait un bébé.

Mais au lieu de paniquer, elle tente de mettre au monde son enfant sans trop de problèmes… sur le sol de la cuisine. Puis, malgré son état de choc, elle réussit à attraper une paire de ciseaux pour couper le cordon ombilical et une serviette pour envelopper le petit être.

Elle sent son corps s’affaiblir, et a perdu beaucoup de sang. Mais elle arrive tout de même à envoyer un message complètement délirant à sa maman :

« S’il te plaît, ne te fâche pas, je viens d’avoir un bébé et je ne sais pas quoi faire. »

Le temps qu’arrive sa famille, elle tente de nettoyer le sol de la cuisine qui était alors rempli de fluides et ensanglanté. Ses proches l’ont par la suite emmenée, avec le bébé, à l’hôpital où des médecins l’aident à évacuer le placenta. Elle profite également d’une petite chirurgie à cause d’une fissure, tandis que son bébé de 3 kg est déclaré en bonne santé !

Sa maman a décidé de nommer sa fille Hannah-Marie Teira.

La situation étant plus ou moins sous contrôle, les membres de la famille d’Emma vont maintenant lui poser l’ultime question : « qui est le père du bébé ? »

Contre toute attente, elle n’en a aucune idée ! Le papa d’Hannah-Marie, elle l’a rencontré pendant les vacances avec des amis. Il serait Australien.

Ils ont passé une nuit, mais une seule nuit torride et la jeune maman ne sait même pas comment il s’appelle !

« Je ne connais pas son nom, alors je ne savais même pas où le chercher, mais mes amis et ma famille nous ont tellement aidés », raconte-t-elle. « La sœur de mon père a partagé notre histoire sur Facebook et des étrangers ont commencé à offrir des dons de vêtements, des sièges d’automobiles et des fournitures pour nous. Nous sommes très chanceux ! »

En vérité, Emma Crofts-Wilson a vécu ce qu’on appelle « un déni de grossesse ».

Comme elle avait des cycles menstruels irréguliers et était assez ronde, elle ne pouvait pas se rendre compte qu’elle portait un enfant. Les femmes qui vivent ce genre de situation n’ont d’ailleurs aucun symptôme habituel d’une éventuelle grossesse. D’ailleurs, Emma aimait porter des vêtements amples, ce qui fait que son entourage n’avait pas du tout remarqué qu’elle a pris quelques kilos…

Normalement, il faut neuf mois pour préparer l’arrivée d’un bébé. Mais pour Emma Crofts-Wilson, c’est une tout autre histoire. Pour faire simple, elle est passée du statut de jeune adolescente à celui de mère en moins de quelques minutes ! Imaginez le choc qu’elle a eu…

Quoi qu’il en soit, cette histoire qui se termine heureusement bien nous rappelle qu’il faut toujours faire attention aux relations sexuelles non protégées, et s’en abstenir est la meilleure des choses à faire ! Si vous êtes du même avis, partagez cette histoire au maximum !

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook


A LIRE AUSSI: